JAQUET DROZ IN BEIJING TO UNVEIL A UNIQUE EDITION OF THE TROPICAL BIRD REPEATER | Jaquet Droz
13 November 2018

JAQUET DROZ IN BEIJING TO UNVEIL A UNIQUE EDITION OF THE TROPICAL BIRD REPEATER

  • Jaquet Droz, Tropical Bird Repeater Beijing, J033033204, Ambiance
  • Jaquet Droz, Tropical Bird Repeater Beijing, J033033204, Front Back
  • Jaquet Droz, Tropical Bird Repeater Beijing, J033033204, Close-Up

Cette nouvelle interprétation marque l’avènement d’un paon au plumage vert qui se déploie au-devant d’un théâtre de verdure luxuriant, incarnant l’Art de l’Emerveillement que porte la maison Jaquet Droz

C’est une pièce unique dans l’histoire des automates Jaquet Droz. Une nouvelle version de la Tropical Bird Repeater, numerus clausus 01/01, est aujourd’hui dévoilée à Pékin. Dans une végétation luxuriante, les Ateliers d’Art de la maison ont peint un décor naturaliste animé dans lequel se déploie un paon au plumage d’un vert intense.

Cette nouvelle teinte ne doit rien au hasard : le paon à plumes vertes est le seul au monde véritablement originaire de Chine, contrairement à celui à plumes bleues dont les origines sont plus proches de l’Inde et du Sri Lanka. Le choix de Pékin résulte lui aussi d’une logique historique. Dès ses débuts, Pierre Jaquet-Droz y exporta plus de 600 pièces en 10 ans. Les Jaquet-Droz ont passionné l’empereur Qianlong ainsi que les mandarins de la cour impériale, fortement intéressés par les montres mécaniques et les automates européens. Jaquet-Droz fut également la première maison horlogère importée au cœur de la Cité Interdite. De nombreux automates et montres de poche Jaquet-Droz sont encore conservés de nos jours au musée du palais impérial.

Jaquet Droz, Tropical Bird Repeater Beijing, J033033204, FrontBack

Le paon vert trouve son origine dans le sud de la Chine, à proximité du célèbre Yangzi Jiang, le plus long fleuve d’Asie. Tout au long de l’histoire de la Chine antique et de ses traditions, cette espèce rare est reine des oiseaux, réputée porter les symboles de la vertu, de la morale, de la justice, de la bienveillance et de la bonne foi. On dit aussi que sa tête représente le ciel, ses yeux le soleil, ses ailes le vent, ses pattes la terre, son dos la lune et sa queue les planètes. Il est l’un des symboles forts du confucianisme dont il incarne les cinq vertus cardinales.

Il n’en reste aujourd’hui plus que 30'000 individus dans le monde. Classé au sein des espèces en voie de disparition, le paon vert est devenu extrêmement rare, un oiseau autrefois appelé « oiseau dragon » qui reste sujet d’un grand nombre de mythes et fables dans la tradition chinoise de poésie et de peinture – on en trouve d’ailleurs plusieurs représentations au Palais de l’Assemblée du Peuple de Pékin.

Cette nouvelle édition unique de la Tropical Bird Repeater illustre une nature luxuriante au premier plan de laquelle se déploie le paon. Il prend place au-devant d’un jaguar ainsi que d’une cascade en arrière-plan devant laquelle se trouve un colibri. Ces deux derniers éléments sont animés, en mouvement. La cascade, d’abord, symbolise la vie, la sérénité. Son ruissellement à l’arrière-plan du cadran incarne l’épanouissement de la forêt tropicale. Le colibri, ensuite, sculpté et gravé à la main par les artisans de la maison, se déplace vers un arbuste d’oiseaux de paradis à l’orange lumineux. Ses ailes battent jusqu’à quarante fois par seconde, offrant à ce spectacle un réalisme saisissant.

Jaquet Droz, Tropical Bird Repeater Beijing, J033033204, Close-Up

Enfin, au premier plan, le paon au plumage d’un vert intense déploie réellement sa queue avant de la replier, tandis qu’un toucan surgit à 3 heures d’entre les feuilles de palmier qui s’écartent, en ouvrant son bec. Le vol dansant des trois élégantes libellules, situées à 9 heures, ajoute une dernière touche de poésie à cette composition picturale unique. Leurs ailes seront visibles de jour comme de nuit, étant empreintes de matière luminescente afin de briller même au clair de Lune. Au total, pas moins de sept animations pouvant dépasser douze secondes donnent vie à quatre scénarios différents qui se déploient au-devant d’un véritable théâtre de verdure en trois dimensions.

Ce théâtre flamboyant est le fruit des Ateliers d’Art de Jaquet Droz. Ils ont développé pour cette pièce certaines techniques exclusives voire brevetées. Ainsi, certaines parties du décor sont chassées sur le cadran mais également animées. La base du cadran est en nacre, d’abord gravée puis peinte à la main. Certains éléments du décor sont en or et ont été rapportés, notamment des feuilles, le colibri, la queue et le corps du paon.

Cet automate d’une rare complexité s’anime au son d’une véritable complication de haute horlogerie, la répétition minute. A la demande, elle permet de faire sonner les heures, quarts et minutes grâce à des timbres cathédrales nichés au cœur du mouvement RMA89 de Jaquet Droz. Un verrou active ce mouvement, équipé d’un régulateur à volant quasi silencieux, la régulation de la vitesse de la répétition minute étant opérée par frottement des petites lames ressort extérieures. De nouveaux ressorts de râteaux, un temps de pause allongé entre les quarts et les minutes et une sonnerie des quarts par tierce majeure font également partie des innovations que comprend la complication. Ce mouvement prend place au sein d’une boite gravée à la main présentant sur sa carrure et ses cornes des plumes de paon réalisées sur mesure pour cette édition unique dont le ramage et le plumage portent la vision de l’Art de l’Emerveillement chère à Jaquet Droz.

“Some watches tell time, some tell a story”